menu

DISPAC’H – ÉPISODE 2

LES AMERS INVISIBLES
LES AMERS INVISIBLES
DISPAC'H - ÉPISODE 2
/

ÉPISODE 2 – De 1793 au Consulat

Il y a d’abord une île. Cézon, à l’entrée de l’Aber-Wrac’h, sur laquelle Vauban est venu poser sa pierre. Plusieurs même, au point d’y édifier un fort avec ses murailles, ses casernes, sa tour d’artillerie qui n’ont pas patienté jusqu’au XXIème siècle pour tomber en ruines. Une association, dont je fais partie, tente de faire parler ces murs en pierre sèches. Qu’ont—elles encore à nous dire ? Qu’avons-nous oublié ? Et qui ?

C’est en consultant un certain nombre d’archives que l’idée m’est venue de donner voix à certains personnages, bien réels, qui ont joué un rôle dans cette furieuse période de la Révolution, un temps d’espérance, d’idéaux bouillonnants, de violence et de malentendus. Tous les ingrédients nécessaires, somme toute, pour le faiseur d’histoires que je suis. À certains personnages, j’ai conservé leurs mots et je me suis permis d’en prêter à certains autres ( celles et ceux, en général, qui ne laissent pas de traces dans les archives ).

Dispac’h, c’est la traduction de Révolution en langue bretonne. Dispac’h vras, plus précisément. On rencontre ce terme au 17ème siècle, il désigne alors un bouleversement, une agitation, « un remuement de terre ou de gens ». C’est cette période entre 1789 et le Consulat que ce podcast se propose de découvrir en deux épisodes. Les petites paroisses voisines de Landéda et du Broennoù vont devoir se faire à ces bouleversements. Les acteurs de l’époque sont interviewés.

LES VOIX par ordre d’apparition

Joseph Guiziou / Paskal Hervio – Le Coat et Goulven Treguer / Michel Jestin – Marie Fily / Elen Cariou – Jean Bernicot / Bob Simon – Gabriel Ac’h / Yann-Edern Jourdan – Narration / Pol Madec – Jean Treguer / Jean-Michel Appriou ( Voix de traduction en français / Gilbert Gueguen, Elen Cariou, Pol Madec )

Texte, compositions, fond sonore, enregistrements et mixage : Pol Madec / Traductions en breton : Bob Simon

 » Fañchig ar Mignon », la chanson de fin, est contemporaine de l’époque. Elle raconte l’histoire d’un jeune homme du Pays Pagan qui, après s’être battu dans les rangs de l’armée révolutionnaire, rentre au pays pour apprendre que son père a été guillotiné par le nouveau pouvoir. Elle est chantée par Mme G. Marc’hadour à Nodeven en Guissény. Un enregistrement de 1973. En cliquant sur l’image, vous pourrez accéder aux éditions Dastum qui édite l’ouvrage dédié au « Bro Pagan ».

Bibliographie

Les cahiers de Landéda – Jacques Michel, René Georgelin, Georges Menut

L’histoire de Lannilis – Yves Nicolas

Clergé breton et lutte contre la misère : l’exemple du diocèse de Léon (1774) – Fañch Roudaut

Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven – Fañch Roudaut

Le message politique des sermons en breton à la fin de l’Ancien Régime – Fañch Roudaut

La Révolution française et la langue bretonne – Daniel Bernard

l’histoire populaire de la Bretagne – Alain Croix, Thierry Guidet, Gwenael Guillaume, Didier Guyvarc’h

Problèmes de contrôle des dénombrements – Jacques Dupâquier

Rapport des représentants du peuple, envoyés à Brest et auprès de l’armée navale par Jean-Bon Saint-André

Réponse de Jean-Bon Saint André, à la dénonciation des citoyens de la commune de Brest.

Cahier Dastum « Bro Pagan »

< NEXT FRANKY - Une mémoire et la mer

PREV > DISPAC'H - ÉPISODE 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.