menu

LE SERMENT D’ISEUT

Tragi-comédie pour 20 personnages à partir du collège

L’HISTOIRE

LE ROI MARC, roi de Cornouailles, est sommé par ses barons d’avoir un héritier. Pour cela, il faut ventre de femme. Il envoie donc TRISTAN, son neveu, mander pour lui la main d’ISEUT, princesse d’Irlande. À la suite d’une dispute entre serviteurs, le philtre de l’amour éternel préparé par la Reine d’Irlande, se trouve substitué à celui contre le mal de mer. Tristan et Iseut le boiront sans le savoir mais le mal est fait. Arrivés en Cornouailles, les deux jeunes gens doivent vivre leur amour sous l’œil acéré d’ANDRET, le conseiller de Marc. Ce dernier semble s’amuser de la situation dont il n’ignore rien mais finit par incarcérer Tristan. D’autant qu’il est lui aussi tombé sous le charme d’Iseut. Branwen et Gorneval, les serviteurs des deux jeunes gens, se tournent alors vers ARTHUR et SES CHEVALIERS. Accompagnée de GUENIÈVRE – femme du roi Arthur qui vit aussi un amour interdit avec LANCELOT – la Table Ronde se précipite au secours de Tristan. Arthur propose alors un curieux marché…

NOTE : Les civilisations ont toujours eu besoin de se créer des mythes. Les tragédiens en ont fait leur fond de commerce, et plus tard les psychanalystes, leurs descendants directs, ont puisé dans ces histoires intemporelles et universelles, des illustrations à nos comportements. Quel professionnel n’a pas rêvé un jour d’allonger Œdipe sur son divan ou d’entamer une analyse avec Zeus ?  » Sang, gloire et beauté  » pourrait être le titre de ces formidables sagas où l’amour et la mort finissent en général par se rejoindre. La légende de Tristan et Iseut, qui fait parti du grand cycle arthurien, ne déroge pas à cet axiome. Du moins dans la version la plus couramment présentée. Celle que je vous propose, irlandaise semble-t-il, est un peu iconoclaste. Elle offre aux deux amants la possibilité de vivre leur passion d’une façon parfaitement immorale, largement moins romantique mais assez en phase avec la barbarie des hommes envers la gente féminine. Rien de courtois dans cet amour.

< NEXT SARÂDA, la ville du bonheur parfait

PREV > LA POUDRE A PATATES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.